Groucha

grouch


Nom : Groucha
Espèce : chat
Date de naissance : inconnue (environs de 1953 ?)
Date de mort : ?
Yeux : jaunes
Poil: noir et blanc
Taille : inconnue
Origine : la rue
Signe particulier : plâtre, rhume des foins
Hobbies : tennis, golf, pêche en bocal, jeu vidéo « Space Invaders », jouer du synthétiseur et de l'harmonica
Obédience : Téléchat


Première partie de l'histoire

    Comme beaucoup de chats qui ont mal fini, Groucha naquit de gouttière. Il découvrit toutefois plus tard qu’un de ses ancêtres était journaliste des échos muraux de la grotte de Gros-Trognon, 30 000 ans avant notre ère, avant de devenir correspondant de guerre à l’époque de la Guerre de l’Eau. Chat perdu, chat trouvé, mais lui, il réussit à s’en sortir. Suivant une évolution remarquable, ce chat d’action développa une grande soif de découverte ainsi qu’une volonté de faire savoir. Ayant vieilli un peu et pris de la bouteille, il se lança dans une carrière de journalisme télévisé, avec des débuts bien modestes ; il commença par animer une petite émission télévisée qui portait le doux nom de TBCBG (Télévision du Buffet à Côté du Bureau de Gauche), animant depuis une cave, avec des moyens aussi spartiates que d’avoir un balais comme micro et un fer à repasser comme téléphone.

Capture_115

Qui plus est, il se démenait comme un beau diable au sein de la maison, assumant lui-même la publicité pour les produits Nul©, sponsor de la chaîne. Mais son goût de l’exotisme et l’envie d’aller toujours plus en avant feraient leur effet. En 1975, Groucha était devenu l’homme qu’il ne cesserait jamais d’être, et il prenait la tête de l’émission rebaptisée Téléchat

    Bientôt il signa un contrait juteux avec la chaîne de produits Nul, et sa petite émission s’autorisa à grandir, jusqu’à devenir Téléchat, la Télévision des Poils. Fort de son succès récent, Groucha voulut engager une co-présentatrice, mais il se heurta rapidement à l’éternel féminin, et ce de façon assez brutale. En effet, la mouette qu’ils avaient recrutée comme candidate finale ne dura qu’un numéro, ne cessant de « piailler tout le temps », ce qui fut intolérable aux yeux de Groucha, peu habitué à la présence féminine dans ses affaires.
Pourtant, une nouvelle chance, celle qui serait SA chance, survint. De par un bout d’essai envoyé d’Australie, débarqua Lola, une belle autruche pleine d’agréables qualités, quoiqu’elle fut parfois d’un snobisme surpassant largement la longueur de son cou (qu’elle portait long), et arborait bijoux et vêtements effarants. Ce fut cette année, l’année 1983, qui marqua un tournant décisif. Quelque peu superstitieux de nature –quand on a eu un chat noir dans sa famille, ça ne s’oublie pas-, il toucha Blacky, son bout de bois porte-bonheur...

TO BE CONTINUED...